AccueilFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 discussions autour de la/des société(s) elfique(s)

Aller en bas 
AuteurMessage
ethgri wyrda
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1078
Age : 21
Localisation : Edur edoc'sil
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: discussions autour de la/des société(s) elfique(s)   Mer 6 Mai - 22:56

Réflexion n°1
Régler les problèmes d’honneur
 
            Dans le monde de warhammer, un affront est vite arrivé : une dispute dans une taverne, une insulte lancée à un concurrent, une vielle rancune naine… Selon les peuples, la réaction peut varier d’un extrême à l’autre : des haflings balaieraient la querelle d’un grand rire avant de manger une bonne part de gâteau avec « l’adversaire» ; alors qu’un thane nain pourrait attendre des siècles à ronger sa haine avant d’envoyer une armée de centaines de soldats pour exterminer la famille du renverseur de bière. Pour l’heure, voici une petite comparaison des trois grandes familles d’elfes.
 
            Bien que les Asurs soient sages, chacun d’entre eux peut perdre la tête lorsqu’il s’agit d’une question d’honneur. À la différence des nains, capables de retenir un affront pendant de longues années, mais possédants un certain sens de l’humour ; les Hauts Elfes sont extrêmement susceptibles et ne tolèrent pas la moindre tâche à leur honneur, aussi petite soit-elle. Ils sont incontestablement plus attachés à la notion d’honneur que les épéistes d’Aldorf et même que les señores d’Estalie et se sentent offensés pour cent fois moins.
            La plupart des Nobles Asur préfèrent, dans leur orgueil risquer leur vie immédiatement face à un adversaire bien plus puissant, plutôt que de tolérer une offense. Ce genre de duel est souvent à mort, car l’offensé fera tout pour laver son honneur, et l’offenseur refusera par tous les moyens de plier le genou. Il n’est pas rare que l’honneur face plus de mort dans les rangs de la cour du Roi-Phénix qu’une guerre. D’autres elfes, plus fins mais beaucoup plus rares, préfèreront user de temps et de patience afin de ruiner l’honneur de l’autre. Ces manœuvres ont plusieurs butes : sauver son propre orgueil, car la parole d’un déshonoré ne vaut rien et souvent pousser son apposant au suicide, ce qui est la voie souvent choisie par un Haut Elfe risquant d’être emmené en esclavage, ou dont rien ne pourra restaurer l’honneur.
 
            Chez les Druchii, paradoxalement, les questions d’honneur sont bien moins meurtrières, malgré le fait que les deux peuples soient tout aussi prétentieux, et que les Elfes Noires soient plus violents. En effet, chaque elfe sait que l’outragé peut vous envoyer un assassin pendant que vous faîte de même. On a beau être le plus fort des deux, un assassin de va pas s’inquiéter des gardes et des murs. Aussi les Druchii prennent-ils ne nombreuses précautions pour ne pas offenser les autres seigneurs, ou alors ils s’attaquent à ceux qu’ils savent faibles, désargentés ET privés de tout soutient politique.
            En revanche lorsqu’un fou (jeune ou emporté) déclenche une querelle, les réactions sont variés : guerre ouverte ou serrette, assassinat du seul offenseur ou de toute sa famille, malédiction…Mais quelque soit la manière utilisée, un Elfe Noir fera attention à n’offenser personne d’autre dans sa vengeance, ou à le tuer avant, toujours par crainte d’un assassinat.
Frappe en premier ou tu seras la premier frappé.
 
 
            Chez les Asraï, le problème est plus délicat : les populations de Hauts-elfes ou d’Elfes-Noirs peuvent se chiffrer en millions, alors que les Elfes Sylvains ne sont à peine que quelques dizaines de milliers. Aussi ne peuvent-ils pas se permettre de sacrifier des vies sur l’autel de l’honneur, et ont-ils cherchés des manières de régler ces querelles d’une autre manière : si les Druchii et les Azur tuent l’offenseur, c’est parce qu’ils savent que la fierté de celui-ci l’empêchera de présenter des excuses publiques. Les Asraï ont donc chercher un moyen d’obtenir ces excuses sans verser de sang.
            La plupart des questions d’honneur se règlent principalement par l’Adolaï (traduisible par « dette », « confiance» mais aussi par « naissance»). Athel Loren est constamment menacée, et tout Elfe Sylvain se doit de défendre la Forêt. Risquer sa vie n’est pas rare. Mais l’offensé peut-il laisser mourir l’offenseur avant qu’il ne se soit excusé, le tuer étant inconcevable ? L’offenseur peut-il prendre le risque que l’esprit de l’offensé revienne sous la forme d’un lémure le hanter ? Cela arrive souvent en Athel Loren, ou la féerie est parfois quotidienne. Chacun des deux protagonistes va donc à tout prix chercher à préserver la vie de l’autre ; si lors d’un combat, d’une maladie ou autre, l’un sauve l’autre, le prix de la vie n’est-il pas plus élevé qu’un pardon ou qu’une excuse? Il n’est pas rare de voire deux ennemis de longue date se battre dos-à-dos en attendant l’occasion de préserver la vie de l’autre. Il arrive même que des amitiés se forgent de pareils rancunes, après de longues années de guerre commune, ou après le règlement de l’Adolaï.
 
            Parfois, la crise est plus grave et peut conduire à une guerre entre clans, ou entre royaumes. Si l’Adolaï n’est pas pratiqué, c’est un combat entre un garde eternel de chaque protagoniste qui déterminera l’issue du conflit. Le sang coule, mais celui d’un seul elfe, épargnant la vie de centaines d’autres. L’issue du combat aboutit aux mêmes résultats, accords et traités qu’une guerre de plusieurs années. Celui qui ne respecte pas le duel comme tel termine souvent errant et perdu dans les chemins d’Athel Loren, maudit par les arbitres du combat : Kurnous, Eldrazor et Les Anciens.


ça tient la route?

_________________
Ennemis de Loren
Retiens cette morale
Sache que notre haine
Pour toi n'a pas d'égale

Tes nombreux congénères
Se sont tous fait tuer
Et bientôt en enfer
Tu vas les retrouver
             

                   Ethgrì-Wyrda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomariel le Moussu

avatar

Nombre de messages : 446
Age : 32
Localisation : Montigny Le Tilleul, Charleroi, Hainaut, Belgique, Europe, Planète Terre, Voie Lactée
Date d'inscription : 11/10/2010

MessageSujet: Re: discussions autour de la/des société(s) elfique(s)   Ven 8 Mai - 18:50

Pas mal du tout.
Plutôt fluff et original, moi ça me botte bien dwarf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ethgri wyrda
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1078
Age : 21
Localisation : Edur edoc'sil
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: discussions autour de la/des société(s) elfique(s)   Dim 10 Mai - 15:05

merci Very Happy

_________________
Ennemis de Loren
Retiens cette morale
Sache que notre haine
Pour toi n'a pas d'égale

Tes nombreux congénères
Se sont tous fait tuer
Et bientôt en enfer
Tu vas les retrouver
             

                   Ethgrì-Wyrda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ethgri wyrda
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1078
Age : 21
Localisation : Edur edoc'sil
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: discussions autour de la/des société(s) elfique(s)   Ven 19 Juin - 22:04

Réflexion n°2
Jeunesse elfique



         Cette réflexion va se diviser en deux parties : la première sera générale à tout les elfes va traiter de la jeunesse au sens physique. Pour un humain il s’agit à peu près de 16ans (pour tenir une arme). La seconde va peut-être (je n’ai pas encore réfléchi dessus) varier grandement d’une civilisation elfique à l’autre, car je parlerais de la majorité « juridique » ; l’âge à partir duquel la société considère que l’enfant elfe devient majeur.

         Il y a peu d’éléments sur la croissance elfique : à 200ans, Lamenoire est qualifié de jeune. Mais il n’y a pas d’autre détails. On doit donc en déduire environ 150ans comme âge maximal de croissance, pour donner 50ans à l’assassin pour se faire un nom. Mais cet âge peut aussi être « jeune » par rapport à la durée de vie. La lecture des premières années de l’histoire des elfes, la Guerre contre les Démons, nous montre que les elfes ont connu au moins 1100ans de guerres quasiment sans fin avant l’arrivée d’Ænarion. Qui a renversé la donne dans cette guerre. De plus, les batailles sont décrites comme « causant des pertes inouïes aux elfes car leurs armes étaient conçues pour la chasse et non pour la guerre».

         Supposons la population d’Ulthuan au début du conflit à 10millions de personnes (cinq fois la population de la Grèce au 4e siècle A.V, car Ulthuan doit faire à peu près cinq fois sa taille, et a plus ou moins la même culture). Si les pertes elfiques sont comparables à celles des gaulois durant la guerre des gaules (en moyenne 100 000 morts par ans), on a plusieurs hypothèses, même en considérant que la guerre n’est pas continue :

- si les elfes ont une croissance de 100ans, et que le taux de natalité est élevé, une trop grande partie de la population serait composée d’enfants pour pouvoir faire face aux hordes démoniaques.

- si les elfes ont une croissance de 100ans, et que le taux de natalité est proche de celui d’autres récits fantastiques pour les elfes, c’est à dire faible, il aurait fallut trop de temps pour régénérer les armées elfiques pour survivre.

- la dernière option viable est que les elfes peuvent tenir une arme dès un âge comparable à celui des humains, et encore, la survie elfique à l’époque reste un exploit. Cependant, je n’ai pas de précision sur le taux de natalité. Sans doute fut-il fort au temps de la Grande Guerre, et plus faible ensuite.

         La majorité chez les elfes noirs est apparemment atteinte quand l’enfant  est jugé capable de partir pour  « une expédition d'une année, afin d'avoir l'occasion de prouver leur férocité et d'asseoir leur réputation (…) Si le jeune elfe fait ses preuves au cours de son rite de passage, il pourra commencer son ascension dans la hiérarchie de Naggaroth ». La majorité Druchii est donc atteinte pour tout elfe noir qui survit à son enfance (en tant que proie faible) et à son voyage initiatique. Il doit aussi posséder une certaine réputation. Plus généralement, les elfes noir ne reconnaissent comme adulte que ceux qui ont fait leur preuve, par exemple en tuant au moins une personne. On peut même penser que les elfes noirs ne comprennent pas le terme « enfant », et qu’au final, ceux-ci ne sont que de futurs concurrents à éliminer pendant qu’ils sot encore faibles.
           Mais on peut aussi se dire que certains seigneurs jugent indigne et lâche de tuer un être incapable de se défendre, ce qui doit surement aider à préserver la jeunesse elfique de la mort, car un lâche n’est-il pas vu comme un faible incapable de se défendre ?

         Pour les Hauts elfes, pour qui la sagesse est au moins aussi importante que les talents martiaux. Si un elfe est physiquement capable de se battre après quelques années, il n’est considéré comme suffisamment sage qu’au bout de plusieurs décennies. Ainsi, il faut attendre au moins cent ans pour être majeur chez les Azur. Au moins, car pour une race pouvant vivre des millénaires, cent ans sont encore rapides, et il n’est pas rare, surtout à Saphery, qu’au bout de ce siècle le jeune elfe doive attendre encore quelques printemps pour être jugé adulte.
          Contrairement à leurs cousins, les hauts elfes vivent sur un territoire relativement paisible, surtout comparé aux montagnes de Naggaroth et aux forets d’Athel Loren. Ils peuvent donc se permettre de ne pas armer les enfants dès qu’ils en sont capables.

         Chez les Asraï, il faut différencier l’âge de l’arc et l’âge sensé. L’âge de l’arc est celui à partir duquel un elfe peut prendre les armes pour défendre la forêt, car en raison de leur faible nombre, les elfes sylvain doivent tous sans exception participer à la défense de la forêt. Les enfants sont donc parfois ceux qui tendent des embuscades aux intrus, aidés par les farfadets avec qui ils sont très complices. On peut aussi les voir dans des troupes d’equos ou de coureurs du printemps. L’âge sensé est un héritage d’Ulthuan et correspond lui aussi à cent ans. C’est, surtout dans les grandes familles, le moment à partir duquel un elfe peut être choisi pour occuper des places de commandement. Mais cette dernière étape tend peu à peu à disparaître, car les « enfants » elfes se battant déjà avant, beaucoup obtiennent une place suite à leurs exploits.

_________________
Ennemis de Loren
Retiens cette morale
Sache que notre haine
Pour toi n'a pas d'égale

Tes nombreux congénères
Se sont tous fait tuer
Et bientôt en enfer
Tu vas les retrouver
             

                   Ethgrì-Wyrda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: discussions autour de la/des société(s) elfique(s)   

Revenir en haut Aller en bas
 
discussions autour de la/des société(s) elfique(s)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Warhammer Battle V8 :: Background-
Sauter vers: